Les Français acceptent de plus en plus d’être vaccinés

Santé Une

L’adhésion à la vaccination progresse dans le pays selon une nouvelle étude révélée vendredi 22 mai par Le Monde. Un changement de regard notable en l’espace de quelques mois.

Bonne nouvelle pour les professionnels de santé et les pouvoirs publics qui parient sur la vaccination pour sortir le pays de la crise du Covid. Les Français sont de moins en moins réticents à l’idée de se faire injecter les précieuses doses, selon une étude réalisée par le Centre de recherches politiques de Sciences-Po et l’institut de sondage Opinion Way (Cevipof/Opinion Way) pour le quotidien Le Monde. Les données indiquent notamment que 53% de la population voit à travers la vaccination la panacée pour vaincre l’épidémie. Le nombre de personnes déjà vaccinées ou prêtes à le faire d’ici l’été progresse de 16 points, passant de 49 à 65% désormais. Conséquence de cette montée de la cote du vaccin auprès de l’opinion, les antivax se font de moins en moins nombreux avec seulement 20% de non contre 30% lors de la précédente étude effectuée en février. Les indécis ne représentent quant à eux que 13% des personnes interrogées.

Comment expliquer cette nouvelle donne ?

Aucune certitude sur les raisons de ce revirement notoire de la part d’une population qui comptait encore il y a peu parmi les plus sceptiques à propos de la vaccination en Europe. Mais certains croient détenir quelques débuts de piste. Selon Bruno Cautrès, politiste au Cevipof interrogé par Le Monde, de nombreux Français ayant vu les atouts du vaccin sur leur environnement immédiat, se sont ainsi laissés convaincre. Ce qui explique à l’en croire que 73% des sondés jugent la vaccination opportune au regard de son bénéfice collectif.

Un chiffre qui réjouit les professionnels de la santé à l’image de Stéphane Paul, chef du service d’immunologie au CHU de Saint-Étienne et membre du Comité scientifique sur les vaccins. Il appelle sur les ondes de BFMTV à intensifier la communication autour de la nécessité pour les Français de se faire vacciner. D’autant que des résistances subsistent encore à bien des égards. Ils sont par exemple 54% prêts à refuser certains types de vaccin.

Fort opportunément, l’accélération de la campagne de vaccination en France s’accompagne de l’arrivée d’autres vaccins en dehors du toujours mal aimé, AstraZeneca. La cible également s’élargit avec l’ouverture prochaine à la vaccination de tous les majeurs à compter du 31mai.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.