France : la cible vaccinale s’élargit

Santé Une

Avec près de 20 millions de doses déjà injectées, la vaccination progresse dans le pays. Une avancée due notamment à l’augmentation des personnes éligibles ainsi qu’à la multiplication des lieux dédiés.

L’objectif des 20 millions de vaccinés en France ne sera pas atteint à la mi-mai tel que souhaité par le gouvernement, mais le pays en est proche. Profitant de l’ouverture de la vaccination à de nouvelles cibles, les chiffres devraient logiquement connaître une flambée. Depuis le 10 mai, l’autorisation est donnée aux personnes de 50 ans au moins de se faire enfin vacciner. Des doses des vaccins Pfizer ou Moderna leur sont réservées à cet effet.

Une autre tranche d’âge a grossi les rangs des personnes éligibles à la prise des précieuses doses le 12 mai. Il s’agit de ceux ou celles âgé(e)s de 18 au moins. La seule condition exigée pour cette catégorie de personnes est la une prise de rendez-vous préalable consécutive à une disponibilité des créneaux dans les centres de vaccination.

AstraAzeneca toujours en question

Parallèlement à cet élargissement de la cible vaccinale, le gouvernement manœuvre pour rendre les doses disponibles. Il est ainsi prévu la réception de plus 70 millions de vaccins d’ici le mois de juin. Cette importante quantité rendue possible par l’augmentation des livraisons de Pfizer notamment devrait permettre au pays d’atteindre le chiffre de 40 millions de vaccinés au total durant l’été. Les lieux pouvant accueillir les candidats à la vaccination augmentent également. Il sera en effet possible de se faire injecter des doses de Moderna dans les pharmacies françaises à compter du 28 mai.

Mais il n’y a pas que des bonnes nouvelles dans l’univers de la vaccination en France. L’entrave principale concerne la défiance du public vis-à-vis du vaccin, même si cela va en diminuant. La cote d’AstraZeneca notamment reste toujours aussi basse auprès de la population. À la date du 2 mai, seulement trois tiers des doses du vaccin anglo-suédois avaient trouvé preneur, près de deux millions de flacons étant encore non utilisés, selon le Premier ministre, Jean Castex. À la suite du président Emmanuel Macron, ce dernier a pour la énième fois invité lundi, ses compatriotes à se faire vacciner à l’AstraZeneca pour ceux qui y sont autorisés. Cela y va selon l’exécutif, de la réussite du déconfinement qui débute le 19 mai prochain sur toute l’étendue du territoire. Une étape que le Conseil scientifique appelle à entamer avec prudence.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.