France : comment la crise sanitaire a fait rechuter de nombreux fumeurs

Santé Une

La pandémie du Covid-19 et ses corollaires ont conduit plusieurs Français qui croyaient en avoir fini avec le tabac à reprendre la cigarette. Les témoignages sont éloquents et témoignent de la difficulté pour de nombreuses personnes à rompre avec ce fléau.

On le sait. La crise du Coronavirus n’a pas eu que des répercussions sanitaires ou sociales. Nombreux sont ceux dont le moral en a terriblement pâti. Et au risque de se laisser totalement abattre, chacun a développé au fil de cette période difficile son mécanisme de survie. Quitte à retomber dans le vice. Ainsi que le relève la situation du tabagisme en France ces derniers mois. Les témoignages recueillis par le journal Le Monde dans le sillage de la journée mondiale sans tabac célébrée tous les 31 mai en sont une illustration.

La cigarette comme exutoire

On y apprend notamment que la cigarette se révèle être pour de nombreux anciens fumeurs, le seul moyen de s’évader face à la pression accrue par le contexte sanitaire. Surtout pour les personnes dont le travail a été beaucoup affecté par la pandémie. À l’image de ce directeur d’un hypermarché qui, assailli par le stress quotidien né des multiples restrictions sanitaires, en est désormais à 15 cigarettes par jour alors qu’il n’avait plus fumé depuis sept ans. Dans le cas de Frédérique, c’est le télétravail recommandé pour limiter les contacts en cette période épidémique, qui a été l’élément déclencheur. Elle carbure depuis à un paquet de cigarettes par semaine, avec la promesse de lâcher la clope une fois que son quotidien serait moins morose.

Des conséquences évidentes

Même des personnes en situation de précarité sanitaire due au tabac ont succombé à la tentation. À l’instar d’Emmanuelle, assistante comptable à Lyon en observation des médecins en raison d’une maladie des bronches. D’une cigarette un jour de janvier, elle est passée à huit en moyenne tous les jours désormais.

Les spécialistes en santé parient sur une rechute sans conséquence si elle est de courte durée. Dans le cas contraire, les conséquences sont assez vite perceptibles sur la santé des fumeurs. Ainsi Gabriel, 19 ans, souffre de plus en plus de problème respiratoire. En cause, la trentaine de cigarettes qu’il fume désormais par jour pour s’échapper de la pression étudiante en ce temps de crise sanitaire.

À ces soucis de santé s’ajoute un trou de plus en plus béant dans le portefeuille de nombreux fumeurs. À raison de 10 euros le paquet, le budget consacré au tabac peut très vite flamber selon les cas.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.