Une bouteille plastique dans la mer.

Japon : des chercheurs créent un plastique biodégradable à base d’amidon et de cellulose

Innovation Une

 

Un groupe de chercheurs de la Graduate School of Engineering de l’université d’Osaka, au Japon, a fabriqué un plastique biodégradable en amidon et cellulose, qui se dégrade dans l’eau de mer.

Un matériau à moindre coût

A cause des déchets plastiques déversés chaque jour en nombre important, les océans font face à une pollution de plus en plus inquiétante. La plupart des plastiques ne se dégradant pas lorsqu’ils sont laissés dans l’environnement. Plusieurs solutions biodégradables ont déjà vu le jour comme une alternative solide et bon marché aux plastiques classiques, fabriqués à partir de matières fossiles et non dégradables.

Mais ces matériaux reposent sur des polyesters aliphatiques, jugés de moins bonne qualité (moins solides, pas assez résistants au contact de l’eau) que leurs concurrents standards comme le polyéthylène ou le polypropylène, à base de pétrole. De plus, ces solutions coûtent très chères, en raison de la difficulté d’atteindre une production en série. Ce qui a freiné leur usage au quotidien et leur adoption par le grand public.

Un groupe de chercheurs de la Graduate School of Engineering de l’université d’Osaka au Japon assure avoir créé un plastique biodégradable facile à fabriquer avec des matériaux accessibles et bon marché. Ce qui rendrait possible une production de masse à faible coût, jamais atteinte jusqu’ici.

Réduire la quantité de débris marins et les gaz à effet de serre

Pour concevoir le nouveau matériau plastique, l’équipe d’Osaka a combiné l’amidon de biomasse et la cellulose, tous deux omniprésents et dérivés des plantes. L’amidon constitue le principal ingrédient des glucides présents dans le maïs et les tubercules comme les pommes de terre. La cellulose de son côté est un polymère qui compose la paroi des cellules végétales.

En utilisant leur technologie unique, les chercheurs japonais ont amélioré la résistance à l’eau de l’amidon de manière significative, dans les conditions normales d’utilisation. Et le produit final, composé d’une membrane en amidon associée à de microscopiques fibres de cellulose, aurait démontré des performances élevées.

Ce plastique devrait non seulement contribuer à diminuer considérablement la quantité de nouveaux débris marins dans le monde, mais aussi à réduire les gaz à effet de serre.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.