De gauche à droite : les logos de Kering, Airbus, et Danone.

Economie : les grands patrons plaident pour une relance « verte »

Ecologie Politiques RSE Une

 

Dans une tribune publiée dans le journal Le Monde, près d’une centaine de grands patrons appellent à la mobilisation collective pour une relance verte de l’économie après la crise sanitaire liée au coronavirus. Parmi eux, les PDG de Thales, Airbus, Renault, Axa, SNCF, RATP, Kering, EDF et Danone.

A l’initiative de Jean-Laurent Bonnafé, administrateur directeur général de BNP Paribas et président d’EPE, plus de quatre-vingt-dix dirigeants d’entreprises françaises et internationales ont signé une tribune dans le journal Le Monde en faveur d’une relance économique soucieuse de l’écologie. Il s’agit notamment des PDG d’industries (Thales, Airbus, Renault, Michelin), de banques et d’assurance (Axa, Société générale), des transports (SNCF, RATP), du luxe (Kering, Chanel), de l’énergie (EDF), de l’agroalimentaire (Danone), du patronat (Medef).

Des solutions à court et long terme

« Nous croyons qu’il est aujourd’hui possible de faire des moyens financiers un accélérateur d’une relance verte et inclusive. Les plans de relance à venir constituent autant d’occasions pour que les investissements nécessaires confortent les trajectoires de transformation », écrivent-ils. Selon eux, il faut à court et moyen terme soutenir la rénovation énergétique des logements et bâtiments, le développement de mobilités décarbonées, l’expansion et le stockage des énergies renouvelables, un approvisionnement en circuit plus court, une industrie plus résiliente grâce à l’économie circulaire et la justice sociale.

La relance doit aussi viser le long terme : « le traitement de la crise doit se prolonger par une mobilisation de l’intelligence collective sur le monde d’après cette pandémie, avec des transformations plus profondes à envisager dans nos façons de produire et nos modèles d’affaires, des changements de comportements de consommation et de modes de vie, un rapport à la nature à revoir », ajoutent les grands patrons. Ils soutiennent en outre le Pacte vert européen visant à la neutralité carbone d’ici 2050, qui pourrait être remis en cause à la faveur de la crise du Covid-19.

Les aides publiques conditionnées aux exigences de transition écologique et de RSE

Cette tribune des grands patrons s’inscrit dans un contexte où la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) fait un retour en force. Un virage plus marqué ces dernières semaines et qui pourrait aisément se comprendre. En effet, lors de la présentation des aides d’État à l’économie, les débats ont tourné autour de la conditionnalité de ces soutiens financiers aux exigences de transition écologique et de RSE. Logiquement, le plan de relance de l’Economie, attendu pour septembre ou octobre, devrait intégrer ces dimensions. Ce plan d’urgence de 110 milliards d’euros, dont 20 milliards pour des entreprises stratégiques en difficulté, doit permettre à l’économie française de se remettre de la crise du coronavirus.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.