Plantes medicinales

Martinique : la médecine traditionnelle sur la voie d’un développement économique encadré

Santé Une

 

En Martinique, comme aux Antilles en général, la médecine traditionnelle occupe une place prépondérante. Rares sont les habitants qui n’ont jamais pris un bain ou une infusion à base de plantes contre la toux ou le rhume. Aujourd’hui, cette médecine ancestrale essaie de se moderniser pour exister économiquement.

Aux Antilles, les plantes médicinales sont encore largement utilisées par la population, surtout celle d’origine africaine. Elle se soigne avec des plantes locales comme le bois carré, le balai doux ou les feuilles de corossol, sous forme d’infusion, de bain ou de tisanes. Certains guérisseurs essaient aujourd’hui de moderniser leurs activités pour en tirer davantage de profits, au moment où de plus en plus de personnes s’intéressent aux médecines durables. C’est le cas de Rémi Asensio, qui tient une herboristerie au cœur de la campagne du Gros Morne, en Martinique. Chaque semaine, cet originaire du Sud-Ouest entretient sa quarantaine d’espèces végétales, dont les atoumaux avec leurs fleurs rose et blanches, les petites feuilles dentelées de la brisée et les bottes touffues de citronnelles.

« Les Martiniquais préfèrent. Ça leur rappelle leur grand-mère »

Cet agronome de formation et son épouse ingénieure chimiste martiniquaise transforment quotidiennement les plantes médicinales en tisanes, qu’ils vendent ensuite. Ils ont d’abord commencé par proposer des compléments alimentaires en gélules avant de se lancer dans les infusions vendues en pharmacies et épiceries fines. « Les Martiniquais préfèrent