États-Unis : lancement du premier préservatif dédié au sexe anal

Santé Une

Le pays accueillera bientôt sur le marché, la première protection destinée aux pratiquants du sexe à travers l’orifice autre que celle vaginale. Une arme supplémentaire dans la guerre contre le VIH et les autres IST.

Il ne s’agit pas d’un préservatif miracle ou fondamentalement différent de ceux actuellement disponibles sur le marché. D’ailleurs, il peut également servir dans le cadre du sexe vaginal. La spécificité de One Male Condom, nom donné à cette nouvelle protection due à la spécialiste américaine de la santé reproductive, Global protection Corp, réside davantage dans la caution que lui ont conférée les autorités sanitaires outre-Atlantique. En l’occurrence, la FDA (l’agence américaine des médicaments).

Cette dernière a notamment estimé, mercredi 23 février, qu’elle pouvait servir dans le cadre des rapports sexuels anaux. Ce qui est une première, aux États-Unis du moins. Car tous les préservatifs utilisés jusqu’ici dans le cadre du sexe anal n’étaient pas vraiment adaptés. D’où les désagréments marqués par de fréquents épisodes de rupture notés çà et là durant l’acte. Une situation qui avait le don de rebuter beaucoup par rapport à l’usage du préservatif. À preuve, le CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies) estimait à 46% le nombre de personnes ayant des relations sexuelles anales sans préservatif en 2017 aux États-Unis. Soit 6% de plus qu’en 2011, selon le New York Times.

Moins de 1% d’échec

Le One Male Condom entend changer la donne grâce à son taux de rupture évalué à 0,7% pour l’usage par voie anale. Soit bien en deçà de la norme exigée par la FDA pour donner son approbation. Pour parvenir à ce résultat, l’entreprise fabricante en collaboration avec des chercheurs de l’Université Emory et avec le soutien financier de la National Institutes of Health, a mené entre 2016 et 2017 la plus importante étude aux États-Unis sur l’efficacité du préservatif pour le sexe anal. Celle-ci a regroupé 504 hommes, dont la moitié pratiquant des relations sexuelles avec leurs homologues masculins ; et l’autre moitié avec des femmes ou des hommes.

La protection s’est montrée plus efficace dans le cadre du sexe par voie anale à la fin de l’expérimentation. Notamment parce que cela incluait l’usage d’un lubrifiant approprié, ainsi que le recommande désormais la FDA. One Male Condom se décline en trois versions : standard, fin et ajusté. Les spécialistes en santé espèrent qu’il incitera davantage de personnes à l’usage du préservatif pour le sexe anal. Et ainsi protéger des maladies qui pourrait découler de l’acte sexuel.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.