Comment expliquer ces infections au Covid malgré la vaccination ?

Santé Une

Ils sont de plus en plus nombreux à travers le monde à être contaminés par le virus même après avoir reçu les précieuses doses du sérum anti-Coronavirus. Comment est-ce possible ?

Vacciné donc sauvé ? Pas si vite, à en juger par les récentes actualités autour de la pandémie. Aux États-Unis, en Chine, en France, etc. le Coronavirus sème la panique dans le rang des personnes vaccinées. Au grand dam des intéressés qui pensaient pourtant en avoir fini avec ce virus décidément récalcitrant. Hélas, il n’en est rien.

Si la vaccination reste à ce jour, le meilleur et sans doute l’unique rempart contre le Covid-19, elle ne constitue pas pour autant une cuirasse. Même après avoir reçu le sérum, il est toujours possible d’être infecté et donc de développer la maladie. Les cas de réinfection se traduisent le plus souvent par des épisodes asymptomatiques. Mais les exemples de malades avec symptômes ne sont pas rares. Les chiffres récemment dévoilés en France à ce propos témoignent d’une proportion de 4% entre juin et juillet.

Sans vaccin, ce serait la catastrophe

Ainsi, nombre de personnes diagnostiquées positives ont souffert dans bien des endroits de la planète, des formes plutôt graves de la maladie. Ces épisodes sont toutefois atténués par la présence du vaccin dans le corps des intéressés. Le sérum n’empêche pas une nouvelle infection, il n’est pas un bouclier infranchissable par le virus, mais son incidence sur le système immunitaire est cruciale. Encore plus dans un contexte de multiplication des variants les uns plus contagieux que les autres.

Une fois inoculé au sujet, le vaccin anti-Coronavirus procure à l’organisme les outils nécessaires à sa défense. Le corps est donc paré à livrer bataille en cas de nouvelle contamination. C’est ce qui explique d’ailleurs que la plupart des personnes infectées ou réinfectées après la vaccination restent préservées contre les formes vraiment graves de la maladie.

L’immunité collective, le Graal

Il est donc plus judicieux de se faire vacciner que de ne pas le faire. Malgré ce qu’en disent les complotistes et ses effets secondaires sur l’organisme, le précieux sérum n’a qu’un seul but selon les scientifiques : protéger le corps contre l’épidémie. Mais plus le SARS-CoV-2 continue de circuler dans une communauté, plus cette dernière est à risque. Dans ces conditions, l’immunité collective se révèle être le Graal à en croire les spécialistes. Et comme pour tout Graal, il s’accompagne de nombreux défis.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.