L'atelier H&M à Stockholm (Suède).

Suède : H&M installe une machine transformant les vieux vêtements en neufs

Innovation Politiques RSE Une

 

H&M a installé, le lundi 12 octobre, dans un de ses magasins en Suède, une machine qui transforme les vieux vêtements en nouveaux, en cinq heures. L’opération coûte entre 10 et 15 euros environ.

Les anciens habits à la Looop

Selon l’Agence de la Transition écologique (ADEME), 4 millions de tonnes de vêtements sont jetés chaque année en Europe. Un gaspillage donc et surtout une source de pollution qui a valu à l’industrie textile de vives critiques de la part des organisations écologistes. Celles-ci ont réclamé une mode plus éthique et soucieuse de l’environnement, tout en maintenant une forte pression sur les fabricants. C’est dans ce contexte que l’enseigne de fast fashion H&M, critiquée pour son manque de transparence ou les salaires de ses employés, a mis au point une machine capable de recycler les vieux vêtements et les transformer en neufs.

C’est dans un magasin de Stockholm en Suède, que la machine est utilisée depuis lundi 12 octobre. Du nom de Looop, ses vitres sont transparentes pour permettre aux clients d’observer le processus de transformation des habits. « Pour lutter contre le changement climatique, nous devons changer la mode. Au lieu de cultiver plus de coton, nous pouvons simplement utiliser ce qui a déjà été produit », explique la marque suédoise.

Une transformation en huit étapes

H&M invite les clients à venir dans son magasin avec leurs anciens vêtements — de n’importe quelle marque — pour que Looop les transforme en de nouveaux produits : hauts, ponchos, pulls, écharpes ou couvertures pour bébé. Le travail de la machine s’effectue en huit étapes : déchiqueter les habits en petits morceaux de fibres ; filtrer pour enlever la saleté ; redresser en une nappe de fibres ; tirer en lamelles ; redessiner avec plusieurs rubans de fibres combinés pour créer des rubans plus forts et plus épais ; filer pour créer de nouveaux fils ; mettre sous torsion pour doubler et torsader afin d’augmenter leur résistance ; et tricoter dans un nouveau textile.

Tout cela se fait en cinq heures. Le client n’a plus qu’à payer environ 9,6 euros (pour un membre du club fidélité) et environ 14,5 euros (pour un non-adhérent) pour repartir avec son vêtement neuf. L’atelier de confection mobile a été créé par la fondation à but non lucratif de l’enseigne, en partenariat avec l’institut de recherche Hong Kong Research Institute of Textiles and Apparel (HKRITA).

Une technologie bientôt mise au service d’autres entreprises

H&M précise que la transformation se fait sans eau ni colorant. La marque suédoise ajoute simplement au processus un matériau durable — non communiqué — censé augmenter la résistance des fils affaiblis suite au déchiquetage. Elle dit qu’elle cherche à présent à élargir sa gamme d’habits pour un meilleur recyclage. Un porte-parole a refusé de dire si le système serait déployé dans d’autres magasins. Mais il a laissé entendre que la technologie sera autorisée « largement » pour aider d’autres entreprises à intensifier leurs efforts de recyclage des textiles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.