Un agriculteur tenant dans la main des raisins.

Biogaz et bioéthanol : des revenus complémentaires et des emplois dans la filière agricole

Emploi Une

 

Le Salon International de l’Agriculture (SIA) a ouvert ses portes à Paris le samedi 22 février 2020. Durant 9 jours, les visiteurs pourront découvrir toute la filière agricole à la Porte de Versailles. Ce sera l’occasion de mettre en valeur l’importance du biogaz et du bioéthanol pour les agriculteurs et l’environnement.

GRDF et GRTgaz présentent les solutions autour du biogaz

Les biocarburants prennent toute leur place au Salon International de l’Agriculture qui a ouvert ses portes à Paris, Porte de Versailles, le samedi 22 février 2020. Plus de 600 000 visiteurs devraient visiter l’édition 2020 de ce salon et de nombreux groupes sont attendus. Pendant 9 jours, la filière agricole tentera de faire découvrir le potentiel du biogaz et du bioéthanol au public.

GRDF, principal distributeur de gaz naturel en France et en Europe, et GRTgaz, gestionnaire de réseau de transport de gaz en France, sont déjà à pied d’œuvre. Ils présentent les solutions autour du biogaz sur leurs stands respectifs. Pour expliquer au grand public comment le biogaz est produit, GRDF propose gratuitement un escape game, à bord d’un autobus Iveco Urbanway Natural Power. Chaque jour d’ailleurs, plusieurs centaines d’autocars déposent puis reprennent leurs passagers le long de la rue de la Porte d’Issy. Certains d’entre-deux circulent avec des agrocarburants.

Les biocarburants sont vertueux et profitables

La filière des biocarburants, en plein essor en France, se présente comme une véritable opportunité pour les agriculteurs. Elle leur permet en effet de diversifier leurs sources de revenus et contribue à réduire en même temps la consommation d’énergie fossile. Entièrement renouvelable et produit localement par les agriculteurs, le biocarburant offre surtout des emplois et de nouveaux débouchés.

Pour rappel, le biogaz s’obtient par méthanisation à partir de matière organique. Il est soit injecté dans le réseau, soit stocké et commercialisé sur place. L’autre biocarburant, le bioéthanol (ED95) provient de la distillation du marc de raisin ou du jus de betterave.

La loi vise 10% de gaz renouvelable dans les réseaux d’ici 2030

Aujourd’hui la France compte 133 sites injectant du biométhane dans les réseaux, dont 32 lancés en 2019. L’an dernier, la production a doublé de 1 à 2 terawattheures (Twh), encore bien loin des 450 TWh de gaz consommés en France ! La loi vise 10% de gaz renouvelable dans les réseaux d’ici 2030. Mais pour GRDF, on pourrait atteindre les 30% : les déchets agricoles ayant un potentiel de 150 TWh. Pour atteindre cet objectif, les acteurs du biogaz aimeraient un plus fort soutien de l’Etat.

Pour le directeur général de GRDF, Edouard Sauvage, la révolution énergétique est en tout cas en marche. Se voulant très optimiste pour les prochaines années, il affirme « qu’à horizon 2050, dans une ambition européenne d’énergie décarbonée, le gaz naturel aura été remplacé par du renouvelable, que ce soit la méthanisation », ou des techniques comme la pyrogazéification ou l’hydrogène.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.