pollution

Les effets délétères de la pollution sur nos organes

Santé

Principalement dans les grandes villes, mais également à la campagne, la pollution participe pour beaucoup à la baisse de l’espérance de vie en France. 90% de la population y est confronté. De nouvelles études mettent en évidence les effets délétères de la qualité de l’air sur l’ensemble de nos organes.

Tous nos organes sont touchés par la pollution de l’air. D’après une étude réalisée et publiée par une équipe de chercheur américains issus du Forum of International Respiratory Societies (FIRS), dans la revue médicale Chest, nos poumons ne sont pas les seuls concernés par les microparticules.

« La pollution de l’air peut endommager intensément comme de façon chronique, en affectant potentiellement tous les organes du corps » expliquent les chercheurs, avant d’ajouter que « Les particules ultrafines passent à travers [la barrière pulmonaire], sont facilement capturées par les cellules et transportées par le sang, pour exposer ensuite toutes les cellules du corps« .

À l’origine de cette pollution : les microparticules provenant du chauffage au bois et au trafic routier. L’OMS chiffre le nombre de décès par an dus à ces facteurs à hauteur de quatre millions.

Maria Neira, directrice de la santé publique et de l’environnement à l’OMS a déclaré : « Cela vient s’ajouter aux preuves très lourdes que nous avons déjà. Plus de 70 000 articles scientifiques démontrent que la pollution de l’air affecte notre santé. Pour les problèmes tels que la maladie de Parkinson ou l’autisme, pour lesquels il existe des preuves, mais peut-être pas de liens très forts, les preuves solides sont en train d’émerger« .


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.